SITE DE LA FÉDÉRATION DES CMPP (Centres Médico Psycho Pédagogiques)

Votre chemin : Accueil > Actualités > Agenda > Coll. Mécaniques de l’extrémisme violent


Coll. Mécaniques de l’extrémisme violent

La Sauvegarde de la Seine-Saint-Denis organise
les 3 et 4 juillet 2019
un colloque international intitulé "Mécaniques de l’extrémisme violent".
Leçons d’une expérience et d’une logique comparative
à la Bourse du Travail
93000 Bobigny

Depuis 2015, dans un contexte social et politique français marqué par l’urgence, les perspectives des études sur l’extrémisme violent se sont polarisées sur la « radicalisation » dite « djihadiste ». Mais, l’actualité le démontre, différentes violences extrêmes se déploient sous des formes aussi discrètes que spectaculaires, dont des violences politiques et/ou xénophobes. D’autres pays articulent, d’ailleurs, ces différentes expressions de la « radicalisation » violente, dans leurs actions de prévention.

La visée de ce colloque est de porter un regard croisé sur les mécaniques de l’extrémisme violent, à partir de la restitution de notre action-recherche.

A l’intersection d’une préoccupation institutionnelle et d’une commande publique, notre Dispositif de Prévention et de Traitement des Basculements vers les Extrémismes Violents (DPTBEV), dans lequel s’est inscrit notre travail, a été conçu au cœur des champs de la protection de l’enfance et de l’accompagnement des vulnérabilités massives sur le territoirede la Seine-Saint-Denis.

Notre action-recherche s’est déployée en considérant la « radicalisation » violente de type « djihadiste » comme un objet complexe sur lequel l’état des savoirs ne permet aucune certitude. Elle repose sur un double pari.

Le premier est de penser chaque rencontre à la croisée du psychique et du social car chaque trajectoire humaine s’inscrit nécessairement dans un contexte social et politique. Cette approche nous a ainsi amenés à nous intéresser aux conditions d’éclosion de la violence extrême en posant la question de ce qui pousse le sujet dans une quête impérieuse, devenant le terreau fertile d’affiliations radicales. Cela nous a également amenés à constituer une équipe de praticiens et de chercheurs issus de différentes disciplines et champs des sciences humaines.

Le second pari consiste à créer nos modes de prise en charge, au cas par cas, en introduisant une analyse circulaire impliquant de se penser, en tant que professionnel, en permanence, et de faire advenir une théorisation en continu des données recueillies. Le choix d’un long temps de clinique et de recherche (4 ans), avant restitution, a permis d’éviter le piège de l’urgence et des tentations de production d’un savoir parfois fait de « recettes », tant les attentes étaient grandes, face à l’irruption
tragique du phénomène. Cela nous est apparu indispensable pour l’appréhender à la mesure de sa complexité,tout autant que les trajectoires qui en étaient marquées.

A l’issue de notre action-recherche, qui a débuté en juillet 2015 et a concerné la prise en charge de plus de 105 sujets signalés et de leurs familles, le temps de la restitution et des échanges est venu. Protéiforme et volatile, le phénomène de l’extrémisme violent est susceptible de se matérialiser différemment selon les contextes. Cependant, la question des mécanismes à l’œuvre dans le processus qui mène à la violence extrême se pose. Nos conclusions seront ainsi mises en dialogue, à l’échelle internationale, avec d’autres expériences de traitement de l’extrémisme violent, dans ses différents modes d’expression et de production, à travers des réalités sociopolitiques et historiques spécifiques.


INSCRIPTION OBLIGATOIRE :

colloque@sauvegarde93.fr

FDCMPP - Féférer les Centres Médico-Psycho-Pédagogiques