SITE DE LA FÉDÉRATION DES CMPP (Centres Médico Psycho Pédagogiques)

Votre chemin : Accueil > Actualités > Agenda > L’ ANIMAL : Intérêts psychopathologiques et thérapeutiques


L’ ANIMAL : Intérêts psychopathologiques et thérapeutiques

L’Association Française de Psychiatrie organise un colloque sur le thème :
L’ ANIMAL :
Intérêts psychopathologiques
et thérapeutiques.
Résistances et médiations
le vendredi 25 novembre 2022
en présentiel à Paris

Interventions de :
Paul-Laurent ASSOUN, Enora BADUEL, Thierry BEDOSSA,
Patrice BELZEAUX, Florence BURGAT,
Florence GAUNET, Marine GRANDGEORGE, Michel KREUTZER,
Cifre Angélique LAMONTAGNE, Delphine MORALI COURIVAUD


ARGUMENT :
L’animal fascine. Ne serait-ce que par son rôle dans l’enfance avec sa qualité essentielle de miroir du vivant constitutif de l’identité, alliant proximité et altérité jusqu’à sa radicalité sauvage et ses inévitables projections anthropomorphiques. Sa fonction transitionnelle englobant l’acquisition de la parole n’est que rarement abordée en psychiatrie, outre la psychopharmacologie expérimentale qui ne sera pas traitée ici.

Cette formation, qui fait suite au DPC organisé par l’Association Française de Psychiatrie en 2018 « Animal parlé/Animal parlant », s’intéresse d’abord, en creux, à ce qu’on pourrait dénommer, en comparaison avec les débuts du cinéma et ses histoires sans parole, une « clinique muette ». Concernant les pathologies dites résistantes déjouant les pronostics, elle vise les situations régressives ou bloquées parfois liées à un défaut de prise en charge, ou encore à une absence de palliation d’une évolution connue pour être inéluctablement défavorable. Pertes de chance pour lesquelles le praticien a toujours intérêt à s’interroger sur sa formation, sa propre expérience et ses propres résistances associées à ses choix de référentiels et leurs propres espaces de transformation.

Dans ces interrogations, les perceptions initiales du praticien, y compris inconscientes, comportent, hors discours, une somme d’information considérable qui va, de façon directe ou indirecte, influencer les choix stratégiques : présentation globale, regard, teint, réactivité, éventuelles odeurs etc. S’y adjoindront éventuellement des informations rapportées par des tiers sur des habitudes ou des bizarreries. Bref, tout ce qui échappe à la dynamique de l’échange verbal, même pimenté par l’incision de questions directives.

Le même échappement se retrouve au cœur de l’analyse des résistantes thérapeutiques médicamenteuses ou psychothérapiques : insistance de symptômes dits somatiques (dont le sommeil), enlisement de l’expression du vécu subjectif dans un mutisme ou inlassable répétition, ennui. C’est l’intérêt des médiations non verbales, permettant d’espérer une transition vers le narratif et sa distanciation.

Parmi celles-ci la Médiation Animale, facilitateur qui, bien qu’en plein essor, reste mal connu des psychiatres malgré son utilisation actuellement préférentielle au début et en fin de vie : autismes et démences. Et plus récemment, les traumatismes psychiques sévères voire certains états mélancoliques. Ses indications ne sont pas codifiées mais concernent son rapport spécifique au regard, au rythme et au tactile qui permettrait d’escompter d’éventuelles mobilisations de l’originaire ou de l’archaïque, concepts discutables et discutés jusqu’à l’Arché comme figure de l’autre [1], y compris totémique. Référence à un surmoi dont Freud, en évoquant la psychologie animale, postule l’existence chez les animaux supérieurs qui, comme chez l’homme, présentent dans l’enfance une période plus ou moins longue de dépendance[2].

Avec l’angoisse comme symptôme commun à l’animal et à l’humain, cette médiation ouvre d’autres voies intéressant les psychiatres : celles, privées d’échange verbal, des modes de travail des éthologues et des vétérinaires. Leurs nombreux progrès réalisés ces dernières décennies ne peuvent laisser les psychiatres indifférents au regard de leurs propres bases conceptuelles.

Exigence énoncée dès 1964 par Henri Ey à propos des “aberrations instinctive” (perversions sexuelles, cannibalisme, agressivité, etc.) : « Nous retrouvons ici la notion même de régression ou d’archaïsme phylogénétique des comportements pathologiques de l’homme par quoi il est “dégénéré” … comme si l’homme en tombant dans la folie retrouvait les racines animale de son existence… C’est parce que les animaux disposent de moins de liberté et qu’il n’y a pas pour eux ni urgence, ni même possibilité du problème social de la liberté, que la Psychiatrie animale n’apparait que dans une parcimonieuse et ambigüe réalité… Si le psychiatre doit être une anthropologue culturaliste, il doit être aussi, et par l’adéquation à l’objet particulier de sa science, un naturaliste. »[3].

En 2021, Michel Kreutzer[4], non sans affirmer une liberté animale, cible les transmissions animales intergénérationnelles de savoir et de coutumes qui ne sont plus uniquement reléguées au seul génome ou à « l’instinct », mais seraient bien le fait de communications d’une protoculture.

Oserait-on y voir une nouvelle médiation, cette fois au sein de la résistance d’archaïsmes épistémologiques ?

L’imaginaire des psychiatres faisant pleinement partie de leurs actions thérapeutiques, cette formation vise à ouvrir ces nouvelles perspectives.

[1] Green, A. (2017). Après-coup, l’archaïque. Dans : Jacques Bouhsira éd., L’originaire et l’archaïque (pp. 229-256). Paris cedex 14 : Presses Universitaires de France. https://doi.org/10.3917/puf.misso.2017.03.0229

[2] Freud, S. (1938) : abrégé de psychanalyse, chapitre 1 : l’appareil psychique, Œuvres complètes, Tome XX, Presse Universitaire de France, avril 2014, page 235.

[3] Henri Ey (1964) : Le Concept de Psychiatrie Animale. Dans : A. Brion, H.Ey, Psychiatrie animale, pages 36 et 40. Préface de Boris Cyrulnick, Cercle de Recherche et d’Edition Henri Ey, Réédition : Volume I(2018), Volume II (2019) 626 pages.

[4] Michel Kreutzer (2021) : Folies Animales, Éditions Le Pommier, Août 2021, 227 pages.


Programme et inscription :

https://psychiatrie-francaise.com/colloque-ethologie-et-psychiatrie/

Association Française de Psychiatrie
Mail : contact@psychiatrie-francaise.com
Siège : 45 rue Boussingault – 75013 PARIS
Tél. : 01 42 71 41 11
Site internet : www.psychiatrie-francaise.com

FDCMPP - Féférer les Centres Médico-Psycho-Pédagogiques